Ploemeur veut des coquelicots

Réuni le 26 février 2019, le Conseil Municipal de Ploemeur a adopté, à l’unanimité, un voeu par lequel il rejoint «l’Appel des coquelicots», qui demande l’interdiction de tous les pesticides de synthèse.



Vœu au conseil municipal du 26 février 2019
Demande d’interdiction des phytosanitaires de synthèse.
Déposé par « le groupe de gauche »

Extrait du rapport sur l’état de la biodiversité en France chiffres clés (p31) décembre 2018 Commissariat au Développement Durable 

Chapitre consommation de produits phytosanitaires à usage agricole

« Majoritairement utilisés en agriculture, les produits phytosanitaires regroupent des pesticides utilisés en culture (herbicides, fongicides, insecticides…), substances qui se retrouvent dans l’air, le sol, les eaux, les sédiments et la chaîne alimentaire. L’usage généralisé de ces produits exerce une forte pression sur la biodiversité : intoxication des organismes, effets sur leur reproduction ou leur comportement, réduction de l’offre de nourriture… Ils peuvent être à l’origine de déséquilibres des écosystèmes, en affectant par exemple les populations d’abeilles et autres pollinisateurs et plus généralement les insectes, les vers de terre, les rongeurs, les oiseaux, les poissons…

En réponse à cette préoccupation, le plan Écophyto, mis en place à la suite du Grenelle de l’environnement en 2008, visait à  réduire de 50 % l’usage de ces produits en agriculture à l’horizon 2018. Cet objectif a été réaffirmé en 2015 dans le plan Écophyto 2, avec une trajectoire en deux temps,

Une réduction de 25 % d’ici à 2020, puis de 50 % en 2025.

Pourtant entre 2014-2016, l’intensité d’utilisation des pesticides (nodu) à augmenté de 12 % par rapport à la période de référence 2009-2011.

Une mutation profonde des modes de production agricole et des filières sera nécessaire pour inverser cette tendance et atteindre les objectifs fixés. »

En résumé : les engagements pris ne sont pas tenus, mais de surcroît l’intensité d’utilisation des pesticides en agriculture a augmenté de 12 % sur la période 2014-2016

Les raisons de notre mobilisation sont bien là !

Il ne s’agit pas de montrer du doigt qui que ce soit. Nos agriculteurs ont cru bien faire, mais désormais une course contre la montre est lancée. L’atteinte à la biodiversité est avérée, les procès pour atteinte à la santé humaine se multiplient, les collectivités et particuliers ne sont plus autorisés à utiliser ces produits reconnus cancérigène probable par le CIRC.

Alors pourquoi deux poids deux mesures ???? Interdire pour les uns et autoriser pour les autres ???

En tant qu’élus de Ploemeur, nous devons être du bon côté de l’Histoire et de la vie car il n’est pas trop tard pour explorer ensemble de nouvelles voies.

Nous proposons au conseil municipal de Ploemeur de rejoindre l’Appel des coquelicots, qui demande l’interdiction de tous les pesticides de synthèse.

1 réflexion au sujet de “Ploemeur veut des coquelicots”

  1. Bravo ! Belle avancée !
    Même si les collectivités se conforment à la ,loi Labbé, ils restent les dérogations ( cimetières, terrains de sports ) sans parler des produits sanitaires dangereux .
    Dans la présentation vous moduler les responsabilités, normal,, mais depuis 50 ans au moins nous connaissons les effets génocidaires de cette chimie… quelques méa culpa seraient bienvenues de la part des membres de la profession agricoles,coopératives, grandes surfaces, religions,politiques, médecines,,,enfin tout ceux qui savaient ,qui non rien dit et fait de l’argent sur le vivant ou laisser faire !

    Mais non! Je déconne, en fait nous sommes tous responsables à des degrés divers de par nos modes de vie de ces empoisonnements !
    Et bonnes vies aux générations futures
    P.A

    Répondre

Laisser un commentaire